Viviane Serard, écrivain

Née à Chambéry, études à la faculté de lettre de Grenoble, maîtrise de lettres, suivie d’un travail d’étude et de recherche sur « L’art et la religion chez Huysmans » .

En septembre 1974, elle vient vivre en Provence, à Avignon.

En avril 1977, elle écrit son premier roman, “L’ascension immobile”, qu’elle présentera sur Antenne 2 en octobre 1977 dans une émission de Patrice Lafont.

“Le voyage à deux visages” suivra en avril 1981.

En 1982, elle écrit un essai sur “La magie de la Séduction”.

En février 1984 a lieu une rencontre déterminante avec Lawrence Durrell. Il est en train de terminer son “Quintette d’Avignon” et confie à Viviane une pierre noire symbolique sur laquelle s’étale une étoile blanche à cinq branches. Il s’agit d’un fossile d’oursin qu’il a trouvé sur la plage quand il écrivait “Le Prince des Ténèbres”. Ils partagent un intérêt passionné pour le Tibet, la nature du temps et de l’espace en relation avec la théorie de la relativité et la philosophie hindouiste qui va donner lieu à de passionnants entretiens. Viviane qui présente une émission sur les arts et la culture dans une radio d’Avignon, écrit un article sur Lawrence Durrell. (1)

En septembre 1984, Viviane vient s’installer à Nemours, près de Fontainebleau. Là, dans une maison au bord du Loing, elle va commencer son œuvre picturale qui l’entrainera dans un univers visionnaire et onirique. (voir Viviane Serard peintre visionnaire)

En 1992 Viviane Serard déménage aux Etats Unis.

En Août 1993, elle revient s’installer en Provence, son pays d’adoption.

En 1998, elle écrit « La porte du soleil », un roman qui part d’une stèle vue au musée Calvet d’Avignon et qui va l’entraîner dans une aventure mystérieuse, à la recherche des éléments  d’une vie ancienne qui se poursuit à travers le temps et l’espace.

En 1999, elle écrit un roman contemporain « La bifurcation », le roman d’un homme seul qui laisse tomber son travail et la vie ordinaire pour vivre avec humour et devenir un homme libre. « La bifurcation » restera à l’état de manuscrit comme les manuscrits précédents, ce qui est le parcours difficile et habituel d’un écrivain.

En 2004, à la suite d’un voyage à Brocéliande et au pays de Lusignan, Viviane écrit un essai sur le mythe féerique « A la recherche des fées » réunissant son travail de peintre et d’écrivain. Il sera luxueusement publié par les éditions de la Plomée.

Enfin en 2012, Viviane signe un contrat avec les éditions Trédaniel pour son nouveau roman, « L’énigme des enfants étranges », qui paraitra en Novembre 2013, dans leur collection « Le courrier du livre ». Toujours intéressée par les recherches sur le temps et l’espace et fascinée par l’univers féerique, elle avait été particulièrement frappée par un aspect peu connu de la légende de Mélusine, la fée historique des seigneurs de Lusignan : l’existence de ses dix enfants qui possédaient tous une caractéristique qui les apparentait à l’animal ou à un héros mythique, Urian aux oreille de lapin, Horrible aux trois yeux, Renaud à l’oeil unique, etc.. A partir de ces personnages, Viviane Serard a imaginé un roman contemporain en faisant renaître les dix enfants de Mélusine à notre époque.

J’ai donc imaginé un roman contemporain en faisant renaître les dix enfants de Mélusine à notre époque. On retrouve ces enfants abandonnés dans des forêts aux quatre coins du monde. Ils sont tous adoptés et ils grandissent sans connaitre l’existence des autres, jusqu’au jour où un des frères en rencontre un autre par le plus grand des hasards.

J’ai imaginé pour ces enfants un destin hors du commun, où leurs défauts physiques deviennent des qualités qui leur permettent de réussir dans la vie et même de charmer leur entourage. Beaucoup de problèmes contemporains sont évoqués à travers leurs destins pour le moins étranges et c’est en particulier un roman sur l’acceptation des différences et le grand thème de la fraternité. Mais l’évocation de la préservation de notre belle nature est aussi une préoccupation essentielle de ces enfants dont la mère est une fée.

Il s’agit d’une saga fantastique qui comprendra trois volumes. Ce roman a été publié dans la collection jeunesse, mais il y a plusieurs niveaux de lecture de la simple aventure fantastique au conte philosophique intemporel. L’adolescent et l’adulte se rejoignent.

(1)  « Lawrence Durrell, d’Alexandrie, d’Avignon, d’Esprit et d’Ailleurs », article de Viviane Serard, Les Petites Nouvelles Durrelliennes, Numéro 1, Sommières, Hiver 2003.